Luxe & maroquinerie Mode

Les articles luxe sont-ils réservés uniquement à certains clients/budgets ?

articles luxe

Les articles luxe sont-ils réservés uniquement à certains clients/budgets ?

On se retrouve aujourd’hui pour un article, ainsi qu’une vidéo sur le thème ds articles luxe bien sûr, mais dans un format un peu différent d’habitude. Suite à mon article au sujet de l’augmentation des prix des maisons de luxe, vous avez été très réceptives à ce type de thématique. Pour mon plus grand plaisir, car je suis toujours ravie d’ouvrir ce genre de débat constructif.

Je voulais donc aborder le thème suivant aujourd’hui : les articles luxe sont-ils réservés uniquement à certains budgets ou classes sociales ? C’est un commentaire sous l’une de mes vidéos qui m’a poussée à cette réflexion. Certes, il n’était pas spécialement agréable, m’invitant à “rester à ma place” puisque je mixe dans ma garde-robe pièces de luxe et de prêt-à-porter. Je ne fais pas partie de la clientèle cible des grandes maisons puisque je n’ai pas réellement les moyens de me procurer 100% de pièces luxueuses pour me vêtir ou m’accessoiriser.

Je vais donc vous partager mon opinion sur le sujet dans cette vidéo. Et citer les raisons factuelles qui font que “oui” le luxe est destiné initialement à certains portefeuilles, et “non” le luxe n’est pas pour autant réservé qu’à ceux-ci. Je vous attends dans les commentaires pour partager également votre avis !

Vidéo : Le luxe, c’est pas pour tout le monde ?

N’hésite pas à t’abonner également à ma Chaîne Youtube !

Voici un résumé des arguments que j’évoque dans la vidéo ci-dessus.

Oui, les articles luxe sont destinés à certaines classes sociales.

Il est bien évident que l’univers du luxe et les prix qui l’accompagnent cible un segment de marché très précis. Toute entreprise commerciale se voit prendre position, à sa création ou lors de son évolution, face à une clientèle cible. C’est ainsi pour toutes les marques. Les maisons de luxe et leur positionnement visent en priorité des portefeuilles bien remplis, c’est un fait qui leur permet de préserver leur image de marque et leur prestige.

C’est surtout vrai pour la joaillerie et le textile. Car seules des personnes fort aisées ont les moyens de s’habiller en intégralité chez Chanel, Dior ou Gucci, bien évidemment. Certaines pièces de maroquinerie exclusives et difficiles à obtenir (que ce soit de par leur prix ou leur rareté), comme les sacs Hermes en cuir exotiques, sont également initialement destinés à une clientèle fortunée.

Une marque de luxe qui deviendrait “abordable” pour les budgets moyens n’en ai plus une et passera au statut “premium” ou haut-de-gamme. Ce qui n’est pas du tout l’objectif des grandes maisons. Il est donc logique et pragmatique de dire que ces produits sont réservés, à la base, à certains budgets.

Non, les articles luxe ne sont pas uniquement réservés aux bourses les plus remplies.

Le premier argument est simple : chaque personne dispose de son argent comme elle le souhaite. Même une personne gagnant sa vie de façon modeste peut choisir de dépenser l’intégralité de son salaire dans des articles luxe. C’est le principe de la liberté individuelle.

Mais aussi, les maisons de luxe ont, pour la plupart, des “produits d’appels” qui sont réservés justement à une clientèle plus modeste. Pourquoi ? Car cela permet de rendre le rêve plus accessible. Il est difficile de passer toute sa vie à rêver d’une chose quand nos espoirs de l’obtenir sont nuls, on passera alors rapidement à autre chose.

Les marques de luxe souhaitent entretenir ce rêve à travers de produits moins onéreux. Ils permettent de mettre un pied dans l’univers de la marque pour une clientèle qui n’est pas la cible première. Ces produits sont créés spécialement pour eux et permettront peut-être de fidéliser ces consommateurs au long terme et d’éventuellement les transformer clients. Plusieurs exemples peuvent être cités : le Neverfull chez Louis Vuitton, le sac Nylon chez Prada, la petite maroquinerie, les objets lifestyle et même les cosmétiques.

À noter aussi que le marché de l’occasion et de la seconde main avec des sites comme Vinted, Vide Dressing ou Vestiaire Collective sont bien la preuve que le luxe est désormais démocratisé.

Par rapport au commentaire que j’ai reçu, me disant que je n’avais pas à acheter de luxe car je n’avais visiblement pas les moyens d’être une cliente cible, ce qui est vrai, j’ai quelques réserves. Parce que l’on fait partie d’une certaine classe sociale, devons-nous uniquement consommer des produits qui sont ciblés pour nous ? Une personne avec un budget moyen ne doit-elle s’habiller que chez des marques comme Maje, The Kooples ou Sandro ? Elle n’a pas le droit d’aller chez Gucci, ni chez Primark, car elle ne rentre pas dans ces deux cases-là ? Je trouve que c’est une pensée très réductrice.

À l’inverse, cette manière de penser induit que les personnes avec un budget très confortable ne devraient consommer que chez les marques de luxe et non chez les marques fast-fashion ? Pourtant, on voit régulièrement des actrices et autres chanteuses habillées avec des vêtements Zara, Na-kd ou même Boohoo. Personnellement, je trouve que cette vision des classes sociales est trop arrêtée, manque d’ouverture et ne fait que creuser le fossé qui se trouve déjà entre les différentes classes, et surtout entre les humains. Ça reste une impression personnelle.

Une passion ne doit pas être dictée par l’argent

Enfin, apprécier le luxe n’est pas seulement qu’une question de budget. Je suis passionnée par cet univers depuis mon enfance. Pas seulement pour le prestige de posséder des produits (j’ai commencé ma collection assez tard), mais pour l’histoire des maisons, le savoir-faire, le patrimoine. J’estime avoir le droit à cette passion et à me documenter, me cultiver sur le sujet, même si je ne corresponds pas à la cible principale.

La légitimité d’une passion c’est pas à remettre en cause à mes yeux. Chaque personne est en droit d’avoir un sujet de prédilection, quel qu’il soit. Chacune individu peut se positionner comme passionné, sans pour autant se revendiquer expert. Je ne suis pas du tout une experte dans le domaine du luxe.

Tout comme je ne le suis pas dans les cosmétiques, alors que j’ai un blog beauté depuis 10 ans. Mais je suis passionnée depuis des années, j’ai testé de nombreuses références, j’ai des connaissances acquises en autodidacte. Pour autant, je ne suis pas capable de réaliser des maquillages artistiques puisque je ne suis pas professionnelle et ne me revendique jamais comme telle.

En résumé,

Je pense qu’il est important que chaque personne prenne conscience qu’elle a le droit d’aimer et de se passionner pour divers sujets. Quel que ce soit son salaire, ses moyens, son mode de vie. Vous pouvez aimer le luxe et vous en avez le droit, même si vous ne possédez aucune pièce de grandes maisons. Même si vous n’en possédez qu’une, deux ou vingt.

Vous avez le droit à votre liberté de penser, d’aimer et de dépenser votre argent acquis légalement comme bon vous semble. Vous pouvez apprécier l’univers du luxe, sans pour autant y dépenser un centime. Tout comme vous voulez avoir l’occasion de vous faire plaisir régulièrement. La légitimé ne s’acquiert pas en fonction de notre porte-monnaie, mais bien de notre capacité à se cultiver et à s’intéresser à un sujet.

Je terminerais cet article en ajoutant que l’argent guide déjà suffisamment notre monde comme ça, pour recevoir des jugements hâtifs d’autres personnes. Et je vous invite à faire preuve de bienveillance les uns avec les autres, car être riche du coeur est beaucoup plus précieux qu’être riche sur le papier.

Que vous inspire ce sujet ?

Pensez-vous aussi que les articles luxe sont réservés à certaines catégories de clients ?

Tendance Clémence, blog mode Toulouse

No Comments

Quelque chose à ajouter ? Partage-moi ton avis en commentaire !